ملتقى السماعلة
مرحبا بك بيننا زائرنا الكريم، تفضل بالانضمام الينا
http://smaala.forumactif.com/

ننهي إلى علم الجميع أن الإشهار خارج عن سيطرة الإدارة
اسالكم الله أن تدعوا بالنصر لأهلنا في غزة

أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم, أنت لم تقم بتسجيل الدخول بعد! يشرفنا أن تقوم بالدخول أو التسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى

Le printemps Arabe ... est là !?

اذهب الى الأسفل  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

1default Le printemps Arabe ... est là !? في 19/2/2012, 17:03

مبشور

avatar
كبير مشرفي القسم التربوي
كبير مشرفي القسم التربوي

?!Le printemps Arabe … est là


Pourquoi, donc , faire arrêter brutalement la formation relative à la pédagogie d'intégration ? N'avons- nous pas encore besoin de cette pédagogie qui est assez jeune et qui se préoccupe avantageusement des moments d' " arrêt bilan ", des heures de remédiations , de corrections , de révisions , etc. ? Mais de quelle formation s'agit - il franchement ? Nous avions tous tranché par l'abandon envers nos élèves en se servant bien de cette pédagogie " voyou " qui favorise amplement les meilleurs élèves ... alors que les antres ! Ceux qui sont faibles , ceux qui commencent à peine à entrevoir l'intention du maitre , incapable même de lire ou d'écrire quoi que ce soit . C'est invraisemblable ! En somme , nous avons besoin de l'intégration parce qu’elle instaure une complémentarité , ça fait partie d’un ordre naturel , presque un procédé inconscient mais fondateur et combien indispensable à l'acte même de survie d'un enseignement comme le nôtre . S'il n 'y a pas ce machin là qui est un peu difficile certes, alors que faut - il mettre à sa place ? Une révision tronquée ? Un morceau d'éloquence !?

On venait de parler justement de cette pédagogie comme étant inopérante et blasphématoire , que nous condamnons tous sans porter des jugements constructifs du fait de son technicité dérangeante et agaçantes .Toutes les enseignantes et enseignants en soufrent j'en convient : il faut revoir sans doute les mécanismes de " l'évaluation " traités de faux et de subreptice et non pas de faire renvoyer immédiatement l'intégration chez elle , la faire sortir du tribunal de l'école , la libérer enfin ! Car il y a là un enjeu majeur qui touche les apprentissages des élèves en profondeur, ainsi que la finalisation du parcours scolaire de l’élève , le bien fondé de l’acte de l’enseignement et l'aboutissement en termes d'utilités sociales , d’efficacité et d’équité ... Sans oublier les réformes qui étaient mises en pratiques . A mon sens , il faut étudier le problème dans sa globalité et essayer de dégager la problématique avec douceur. C'est faisable et c'est bénéfique .

Il faut absolument que tout le monde soit " impliqués " . Voilà le mot d'ordre que personne ne voulait entendre . Néanmoins avant d'arriver à ce stade , c'est -à - dire celui d' évaluer les " compétences ", il faut bien se pencher sérieusement sur la question des "ressources " constituant plus que jamais le fondement même de " l'intégration " . Qu'on étudie ce paramètre invariable qui entre dans l'équation ou dans la construction du savoir en général et ce avec beaucoup de précision et de vigueur . C'est ce qui se réalise maintenant avec le lancement de cahier de charge pour les programmes nouveaux en 2013 ( voir note ministérielle 122 et 123 projet E1P9 dans le cadre du programme d'urgence) . Dans ce sens , j'aimerais vous communiquer mon intention à propos de cette état de chose en faisant allusion à l'expérimentation que j'ai faite dans ma petite classe . J'ai bien et beau respecter les grandes lignes du nouveau programme en question tout en ayant l'obligation extrême de chercher les contenus ailleurs , par exemple faire administrer aux élèves les notions de bases , doser les ingrédients qui doivent entrer dans la préparation de l'intégration futur et jongler avec l'emploi du temps ... D'autres considérations pédagogiques importantes trouvent aussi leurs places dans mon dispositif ; comment articuler l'oral d’avec l'écrit , faire de la lecture au tableau noir un apprentissage ponctuel toute en séparant en bloc la compréhension d'une part , et, le déchiffrement technique d'autre part , opter pour l’évaluation formative pendant toutes les séances , différencier les contenus selon les niveaux des élèves , faire passer des petits contrats de temps en temps , former une équipe d’intervention ,etc. . D'une façon générale , et sans prétentions aucunes , il m'est permis de dire que faire préparer une " leçon " s'avère plus difficile que vouloir obliger un élève à soumettre son âme à un test . Il faut être bien en rage pour aimer les élèves autant qu'on fait . L'évaluation , quant à elle , ça découle du source ! Sinon c’est de l’amalgame ou de laisser faire , laisser passer !

Parfois on commet souvent des ravages et des massacres aussi chimériques que mortels en suivant à la lettre un programme de nature standard , l'accusé numéro un . Que faire ?! Bien et dument installées , il est hors question de changer ses fiches dites de préparation et cela durera aussi longtemps que possible . Grave erreur d'un esprit qui ne voulait pas se tromper . Ce ne sont pas les leçons copier / coller qui font avancer la matière , mais c'est la recherche des points d'ancrages , des stratégies nouvelles fondatrices qui puissent mettre l'élève devant la scène , être un acteur à part entier . C'est en quelque sorte interroger nos convictions , nos valeurs , nos idéologies farfelues ... c'est pas évident là-dessus ! L'on pourrait rester languir dans cet état de chose par malheur des uns , ou par mépris et insouciance des autres . les simples enseignantes et enseignants qui voient toutes leurs vie dans le moment présent et qui attendent peu de l'avenir .

Un adage devenu maintenant populaire qui professe que " pas d'intégration pour celui qui ne possède pas de ressources" . Voilà bien une réalité tranchante qui traduit vraiment le mal dont nous soufrons tous. Nous manquons de ressources ? Non . Malgré certains pédagogues , la notion même de " compétence " vue comme projet doté d'un pouvoir d'innovation va à l'encontre de cette vision puisqu'ils parlent de " l'improvisation " , de " la créativité " , de " bricolage " , de " résolution des problèmes inédits " et de " l'investissement ", etc. Tous ces qualités peuvent être appréciées chez l'enfant en soi , conçu sur un plan épistémique ou dans milieu socio-économique et culturel hautement exigible . Il ne faut pas attendre le salut d'un monde qui ne fait que craquer maintenant sous nos yeux .D'autre part , la faculté par laquelle l'élève marocain (e) conçoit n'ira pas plus loin c’est sûr et certain , elle marque plutôt un blocage au niveau du comportement civique et relationnel et non pas sur le plan d'acquisition ou d’apprentissage . Cela étant , d’abord un travail colossal doit être entrepris en premier lieu par les chefs d'établissements concernant les " projets " éducatifs qu’on a presque oubliés . Vient ensuite ce fameux sentiment tant recherché mais jamais atteint de « collaboration » , d’« implication » et de « partenariat » entre tous les membres qui servent l’éducation et l’instruction , … Voilà pour le vrai changement durable . L'intégration n'est qu'une question de temps !


Donc ,qu'on arrête l'intégration dans le collège et dans le lycée . Qu'on le fasse circuler dans le primaire en attendant le procès . Qu'on arrête tout travail avec le bureau BIEF parce nos responsables politiques d'aujourd'hui sont plus faits pour voir les résultats des choses que les principes des choses ; tout cela devient brusquement une affaire difficile à concevoir et par conséquent à expliquer . Le printemps Arabe est là ! Notre "révolution" tranquille vient d'être inaugurée . En espérant trouver la joie de vivre et de bien travailler dans un climat faisant table rase de toutes les idéologies néfastes , d'hypocrisie et de chantages , la note officielle n°167 / 20 x 037 du 16 février 2012 va certainement mettre de l'ordre . Cependant , aussi va t – elle semer de la panique Dieu merci ! Désormais , c'est aux directeurs des écoles à qui revient la gestion ou pas de l'intégration .Est - ce un choix ? Je n'en sais rien... L’autorité locale ne pourra pas facilement relever le défi toute seule . Elle a bien démontré son zèle dans beaucoup de circonstances . Nous attendons des zélateurs et zélatrices du bien publique . A nous de les aider ! ( Be or not to Be That the question ! ) .

[/center]




ntemps

MABCHOUR Mohamed
20 / 02 / 2012


[/center]



الرجوع الى أعلى الصفحة  رسالة [صفحة 1 من اصل 1]

صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى